La Haute-Loire Paysanne|L’Allier Agricole|L’Union du Cantal|L’Auvergne Agricole|Le réveil Lozère|L’union Paysanne

Presse Agricole du Massif Central

L’actualité de votre Hebdo

Le Fin Gras du Mézenc revient dans nos assiettes

14 février 2017 à 10:44
Le lancement de la saison a eu lieu à Sainte-Eulalie, village qui accueillera la fête du Fin Gras du Mézenc le 4 juin prochain.

La saison de commercialisation du Fin Gras du Mézenc a été lancée le 30 janvier à Sainte-Eulalie en Ardèche.

Nous sommes au mois de février, la période où l’on retrouve le Fin Gras du Mézenc dans nos assiettes. Le 30 janvier dernier, l’association Fin Gras du Mézenc avait convié éleveurs, bouchers et restaurateurs de la filière et élus à Sainte-Eulalie en Ardèche pour le lancement de la saison de cette viande AOP d’exception. 
La saison 2017 s’annonce sous de très bons auspices avec un nombre d’animaux commercialisés sous appellation en progression. Les chiffres prévisionnels annoncent 997 génisses et 13 boeufs abattus et vendus sous AOP ; le président Bernard Bonnefoy était donc heureux d’annoncer que la barre des 1000 animaux serait très certainement franchie au cours de cette saison : «Ce sont entre 950 et 1000 animaux qui devraient être vendus sous AOP» souligne Yannick Pochelon, technicien de l’association qui rappelle que les chiffres exacts seront connus en fin de saison.
Un millier d’animaux pour cette saison
Ce petit millier d’animaux Fin Gras du Mézenc est engraissé par 92 exploitations (contre 91 en 2016) situées en Haute-Loire et en Ardèche, autour du Mont Mézenc et du Gerbier-de-Jonc, à plus de 1000 m d’altitude. Le lancement de la saison s’est déroulé dans trois de ces 92 élevages, au Gaec des Plaines à Ste Eulalie qui a d’ores et déjà vendu 9 génisses Fin Gras du Mézenc à un boucher de Haute-Loire (voir ci-dessous), et sur la commune du Cros de Géorand sur le Gaec de l’Alliance (Michel et Véronique Jourdan) et chez Frédéric Chazalon.
Les animaux (génisses et boeufs), typés viandes mais sans excès (cularards non admis) et issus de races à viande nés et élevés sur le massif du Mézenc, sont abattus du 1er février au 31 mai à un poids moyen de 370 kg et à l’âge moyen de 34 mois.
Le Fin Gras du Mézenc peut compter sur des acteurs “aval” dynamiques et motivés avec 109 points de ventes en boucheries artisanales, de nouvelles boucheries intéressées par cette viande dans le nord de la France et 30 restaurateurs du territoire de l’appellation mais aussi du Puy-de-Dôme et de la Loire, qui subliment cette viande.
Véronique Gruber

Lire la suite dans notre édition du 2 février 2017


A retrouver dans les pages de notre édition papier datée : mardi 14 février 2017

Article publié le 14/02/2017 à 10:44
Auteur : Haute-Loire Paysanne

Réagissez à cet article
  • Retour
Sélectionnez votre journal

Météo

Besoin d’un renseignement ?
Contactez-nous : Presse Agricole du Massif Central