La Haute-Loire Paysanne|L’Allier Agricole|L’Union du Cantal|L’Auvergne Agricole|Le réveil Lozère|L’union Paysanne

Presse Agricole du Massif Central

L’actualité de votre Hebdo

La campagne 2018 de fruits rouges des Monts du Velay s’annonce bien

10 juillet 2018 à 16:12
Cindy Deygas avec la sous-préfète d’Yssingeaux, Christine Hacques et le directeur de la DDT, François Gorieux sous un tunnel de framboises. ©HLP

Le 4 juillet, le GIE des fruits rouges des Monts du Velay a officiellement lancé la campagne de production 2018. Une saison qui a bien démarré en fraises.

La saison des petits fruits rouges a démarré il y a tout juste un mois en Haute-Loire avec la récolte des fraises.
L’occasion pour le GIE des fruits rouges des Monts du Velay de lancer cette campagne 2018 qui semble démarrer sous de bons auspices.
La plus jeune productrice du GIE
Le 4 juillet, le GIE avait convié producteurs, élus et représentants de l’État autour d’odorantes et délicieuses fraises rouges à Pouzols, sur la commune de St Jeures. Mais avant de passer à l’étape tant attendue de tous, la dégustation, le GIE a conduit les participants sur l’exploitation de la plus jeune productrice du groupement, Cindy Deygas, installée avec DJA depuis avril 2018 à quelques centaines de mètres du groupement.
À 23 ans, cette jeune fille est désormais à la tête d’une exploitation de 1,6 ha de fruits rouges (5 000 m2 de fraises, 5 000 m2 de groseilles et 5 700 m2 de framboises) ; une surface qu’elle loue à Georges Brottes, producteur de fruits rouges depuis une cinquantaine d’années à Pouzols.
Pourtant Cindy Deygas ne se prédestinait pas à produire des fruits rouges. Après un bac pro CGEA, un BTS ACSE, passionnée par les bovins lait mais face à l’impossibilité de s’installer, elle décide de travailler dans la bergerie de son compagnon installé lui aussi en 2018. Georges Brottes et sa femme Michèle, installés à proximité de la bergerie, ont proposé à Cindy de travailler à leur côté comme ouvrière puis de s’installer en fruits rouges. «Je ne m’étais jamais posée la question de m’installer en fruits. Ça change des animaux et puis l’ambiance est sympa au GIE ! Avec les petits fruits, on produit pour nourrir les gens et en plus cette production permet de se libérer du temps, pour la famille ou autre, en période hivernale ; c’est un atout»...

Lire la suite dans notre journal du 12 juillet.


A retrouver dans les pages de notre édition papier datée : mardi 10 juillet 2018

Article publié le 10/07/2018 à 16:12
Auteur : Haute-Loire Paysanne

Réagissez à cet article
  • Retour
Sélectionnez votre journal

Météo

Besoin d’un renseignement ?
Contactez-nous : Presse Agricole du Massif Central