La Haute-Loire Paysanne|L’Allier Agricole|L’Union du Cantal|L’Auvergne Agricole|Le réveil Lozère|L’union Paysanne

Presse Agricole du Massif Central

L’actualité de votre Hebdo

Agricultrices, de mères en filles

19 décembre 2018 à 11:13
Marion avec sa mère Chantal.

À Josat, Marion Reyne, 26 ans vient de s’engager dans le dispositif à l’installation dans le but de rejoindre sa mère sur la ferme familiale. Rencontre avec une jeune femme passionnée d’agriculture.

À Josat, dans le petit hameau de Vauzelle, une jeune femme bien dans ses bottes s’apprête à s’installer au côté de sa mère pour continuer une aventure familiale au féminin qui a débuté il y a bien longtemps. Car dans la famille de Marion, on est agricultrice de mère en fille...
Sa mère Chantal s’est installée en Gaec de 1993 à 2007 avec Marie-Thérèse, la grand-mère de Marion. Quelques années plus tard, c’est Marion qui s’apprête à rejoindre sa mère sur l’exploitation familiale. Une fierté pour ces agricultrices qui assument toutes les tâches inhérentes à une ferme de 32 vaches laitières, de veaux gras et de 350 brebis. «Traite, récolte de fourrages, alimentation des cheptels..., on fait tout sauf le labour et les semis que l’on fait faire à une entreprise pour nous dégager un peu de temps et faire autre chose sur la ferme. Et toujours pour la même raison, on fait aussi appel au service de remplacement pour épandre fumiers et engrais» explique Marion.
Pas de précipitation
Depuis qu’elle est enfant, Marion sait qu’elle veut devenir agricultrice. Un peu réticente au départ, sa mère ne tenait pas vraiment à ce que sa fille se lance dans un métier réputé si difficile. Mais c’était sans compter sur la motivation et la passion de Marion qui n’a pas changé ses projets. Elle ne s’est toutefois pas précipitée pour autant.
Toujours prudente, «on ne sait jamais ce qu’il peut arriver...» prévient Marion, après son bac STAV option “PA” (Productions animales), elle met d’abord un pied sur l’exploitation de sa mère en tant qu’aide familiale pendant 5 ans avant de devenir salariée, statut qu’elle possède encore à ce jour. Il faut dire que la vie l’a déjà quelque peu bousculée... Après son bac, Marion intègre un BTS PA à Bonnefont. Mais le décès de son grand-père et de l’ouvrier agricole qui travaillait avec sa mère depuis 2003, l’ont ramenée sur la ferme familiale. «Je ne voulais pas laisser ma mère seule mais elle ne voulait pas que je m’installe tout de suite». Depuis 2011, Marion et Chantal travaillent ensemble sur la ferme. Ces quelques années ont permis à chacune d’elles de se donner le temps de la réflexion et de voir que leur duo fonctionnait bien.
Le compagnon de Marion étant lui aussi agriculteur à Mazeyrat d’Allier, elles ont un temps réfléchi à un projet commun pour finalement décider de s’installer toutes les deux en Gaec d’ici fin 2019 ou début 2020.
Marion a réfléchi à son projet d’installation : «Nous avons l’intention d’arrêter l’activité laitière en 2020, à cause des contraintes lourdes de la traite, de notre bâtiment trop ancien et de notre parcellaire pentu et morcelé. Nous garderons une quinzaine de vaches laitières pour faire du veau sous la mère, un atelier rémunérateur. Quant aux ovins, on compte augmenter le cheptel pour atteindre 450 - 500 brebis, ce qui va nécessiter la construction d’une seconde bergerie de 240 places». Et la jeune femme qui travaille beaucoup à la fourche aujourd’hui
veillera à automatiser un certain nombre de tâches.
Bonne organisation du travail
Côté fonctionnement du futur Gaec, Chantal et Marion peuvent déjà compter sur une bonne organisation du travail. «On échange en début de semaine (lors de la traite ou autour d’un café chez ma grand-mère) pour prévoir les travaux à faire et on se répartit les tâches... Lire la suite dans notre journal du 13 décembre.
Véronique Gruber


A retrouver dans les pages de notre édition papier datée : mercredi 19 décembre 2018

Article publié le 19/12/2018 à 11:13
Auteur : Administrator User

Réagissez à cet article
  • Retour
Sélectionnez votre journal

Météo

Besoin d’un renseignement ?
Contactez-nous : Presse Agricole du Massif Central