La Haute-Loire Paysanne|L’Allier Agricole|L’Union du Cantal|L’Auvergne Agricole|Le réveil Lozère|L’union Paysanne

Presse Agricole du Massif Central

L’actualité de votre Hebdo

Prêt pour le décollage…

30 avril 2018 à 06:35
Montgolfière et cotisation pour les producteurs de lait au programme de la dernière assemblée générale du Sirba.

L’AOP veut gagner des parts de marché.

L’AOP bleu d’Auvergne n’aura pas attendu son nouveau cahier des charges (validé en novembre) pour revenir dans le vert. Avec 5 046 tonnes commercialisées, l’exercice 2017 a été marqué par une reprise après deux années de baisse. Le volume a ainsi augmenté de 3,1 % (152 tonnes), tiré par le marché national qui a progressé de 4,8 % pour atteindre 3 904 tonnes alors que les ventes des autres bleus ont légèrement reculé. Les ventes en GMS et notamment à la coupe ont progressé. L’export, en revanche, a enregistré une baisse de 4,6 % pour s’établir à 1 143 t. Mauvaise année également pour le lait cru (-15,2 % pour un volume de 349 t) marquée par deux arrêts provisoires de production. Au 31 décembre, la filière comportait 3 467 producteurs de lait, huit collecteurs, six fromageries et quatre producteurs fermiers.

Le nouveau décret en vigueur

L’assemblée générale du Syndicat interprofessionnel régional du bleu d’Auvergne (Sirba) s’est tenue mardi 24 avril à Riom-ès-Montagnes sous la présidence de Jean-Michel Vigier(1), en présence de représentants de l’Inao, de la Draaf, du conseil départemental du Cantal et de la commune de Riom-ès-Montagnes.
En 2017, sur les 68 échantillons de fromage prélevés pour le contrôle qualité, six manquements ont été constatés. La note moyenne des bleus au lait cru progresse de 0,5 % pour s’établir à 14,10/20. En baisse de 0,69, celle des fromages au lait thermisé a été de 14,42 %. Les baisses sont principalement enregistrées sur l’aspect pâte. 147 audits sur les conditions de production du lait ont révélé 25 non-conformités sur le projet de cahier des charges. Les manquements
portaient sur des problèmes de documents (20 %), l’origine des animaux (12 %) et des non-conformités liées à l’alimentation des animaux (composition des concentrés et origine des fourrages). Autant de points liés à la mise en place du nouveau cahier des charges ; l’aboutissement de plus de 20 ans de travaux comme il a été rappelé. Cette nouvelle ère commence par la mise en place d’une cotisation de 80 € par producteur de lait. Le budget du Sirba passera ainsi de 319 581 € à 473 908 €(2).

Une montgolfière pour septembre

Objectif : renforcer les contrôles qualité et la promotion. Comme l’an passé, près de 87 000 € seront consacrés à la défense et à la gestion de l’AOP. En revanche, l’enveloppe allouée aux contrôles passera de 37 430 à 71 928 € et celle destinée à la promotion de 194 535 à 314 613 €. À lui seul, le plan de communication passe de 120 612 à 213 689 €.
Le partenariat avec le rugby est maintenu et un autre se met en place avec le trail Volvic Volcan Expérience. Par ailleurs, le Sirba prévoit la refonte de son site internet avec traduction multi-langues, la mise en place d’actions de promotion web en France, le lancement d’actions à l’étranger, de relations presse autour du nouveau cahier des charges et a décidé de miser sur une montgolfière aux couleurs du bleu. La livraison est attendue pour septembre…

F. P./APAP

(1) Élu pour quatre ans, le conseil d’administration du Sirba sera renouvelé en 2019. Il se compose de 14 délégués et il est présidé par Jean-Michel Vigier depuis septembre.
(2) L’exercice 2017 s’est soldé par un excédent de 1 896 €.


A retrouver dans les pages de notre édition papier datée : samedi 28 avril 2018

Article publié le 30/04/2018 à 06:35
Auteur : Administrator User

Réagissez à cet article
  • Retour
Sélectionnez votre journal

Météo

Besoin d’un renseignement ?
Contactez-nous : Presse Agricole du Massif Central