La Haute-Loire Paysanne|L’Allier Agricole|L’Union du Cantal|L’Auvergne Agricole|Le réveil Lozère|L’union Paysanne

Presse Agricole du Massif Central

L’actualité de votre Hebdo

Dragonne, une vie de championne

12 mars 2018 à 07:28
Dragonne, elle pesait 855 kg à Paris. Ici avec ses velles, Océane et Ophélie, un mois, et les éleveurs Jean-Louis et Maryse Bertrand.

C’est un rappel de championnat au Salon de l’agriculture qui a récompensé Dragonne, une vache aubrac de dix ans du Gaec de Ladignac (Chaudes-Aigues).

Déjà championne de 2017 du Salon international de l’agriculture, c’est un doublé pour Dragonne, consacrée lors du dernier Sia après avoir remis son titre en jeu. Habituée des prix, depuis 2016, la belle aubrac remporte tous les concours : championne au National de 2016 à Saint-Flour, puis en 2017 au Salon de l’agriculture, au Départemental aubrac de Paulhac en 2017, puis en octobre de cette même année, à Cournon.
Ce n’était pas gagné car cette année, elle a donné naissance à deux jumelles, “un vêlage qui entraîne souvent fatigue et perte de poids et, pour concourir, ce n’est pas l’idéal”,  explique son éleveur, Jean-Louis Bertrand. Championne, Dragonne l’est aussi en termes de vêlage puisqu’en dix ans, elle a donné naissance à dix veaux : “C’est exceptionnel, estime l’éleveur, sachant que le standard de la race, c’est un veau par an et donc, elle en fait trois de plus…”

Les éleveurs aubrac, des ambassadeurs de la race

“Ce rappel de championnat, on le voulait”, complète Maryse Bertrand, son épouse et associée(1), sachant que, pour le couple, “c’est essentiel pour la race que les éleveurs soient présents à Paris et que ce soit pour eux un plaisir de participer, au-delà des prix”. En ce salon où la race aubrac était à l’honneur, tous deux accompagnés d’un de leurs deux fils, Alexandre, en BTS Acse, ont été de fervents ambassadeurs de la race : “Il y avait beaucoup de visiteurs et un roulement entre les éleveurs nous a permis de répondre à leurs questions et de communiquer sur notre métier.
Beaucoup nous ont interrogés sur l’alimentation de nos animaux. Herbe et foin, certains étaient étonnés… et aussi, ils nous disaient “eh bien, elle va aller à l’abattoir maintenant qu’elle a gagné”. Alors, ils étaient surpris de savoir que non. Que Dragonne élèverait ses deux veaux et qu’elle en aurait encore…”
Pour cela, il y a “Berger”, le reproducteur de l’exploitation, dont la descendance avec Dragonne est d’une belle qualité. Certains de ses veaux ont été vendus en Suisse et au Luxembourg.  
Pour Paris, la préparation de Dragonne, par ailleurs fille de Sultan, autre champion du Salon en 2006, a été des plus courtes : “Elle n’a pu profiter de son alimentation qu’après avoir vêlé, soit à partir du 7 février”, mais qu’importe, la championne a l’habitude et elle a emporté en grande dame, une fois de plus les suffrages… La star a déjà un prochain rendez-vous : ce sera au Départemental aubrac de Sainte-Marie.

C. Fournier

(1) Maryse et Jean-Louis Bertrand sont en Gaec depuis 2015 sur trois sites : Ladignac, La Tour d’Auvergne et La Trinitat. Les femelles sont en partie vendues pour l’élevage, pour partie gardées pour le renouvellement. Les broutards sont exportés en Italie et en Algérie. La SAU est de 160 ha pour un cheptel de 85 à 90 vaches.


A retrouver dans les pages de notre édition papier datée : samedi 10 mars 2018

Article publié le 12/03/2018 à 07:28
Auteur : Administrator User

Réagissez à cet article
  • Retour
Sélectionnez votre journal

Météo

Besoin d’un renseignement ?
Contactez-nous : Presse Agricole du Massif Central