La Haute-Loire Paysanne|L’Allier Agricole|L’Union du Cantal|L’Auvergne Agricole|Le réveil Lozère|L’union Paysanne

Presse Agricole du Massif Central

L’actualité de votre Hebdo

Agrilocal 15 favorise les circuits courts dans les règles de la commande publique

04 juin 2018 à 08:45
Christophe Lescure, chef de la cantine de Saint-Mamet, choisit sa viande, ses pommes de terre, son lait, sa farine, etc. sur Agrilocal 15.

Profitant d’une semaine de communication autour des plates-formes françaises Agrilocal, le Cantal met un coup de projecteur sur un principe qui séduit déjà 105 fournisseurs et 65 acheteurs.

Facile, rapide et “dans les clous” en termes d’ouverture aux marchés publics. Agrilocal met en relation des producteurs locaux (fermiers ou artisanaux, coopératives, etc.) avec les gestionnaires de la restauration hors foyer. Une plate-forme unique, pensée par le Conseil départemental, permet de respecter les règles qui s’appliquent en matière de commande publique. Par sa simplicité, elle a permis un développement spectaculaire de l’approvisionnement local. Côté fournisseurs, ils sont 105 - dont une majorité de producteurs fermiers - à proposer 420 produits à 65 acheteurs, dont des collèges, des maisons de retraite, des lycées, des hôpitaux, mais aussi des écoles et des établissements touristiques. C’est plus particulièrement vers ces deux derniers types de structures que les projecteurs se sont tournés lors de l’opération nationale de communication “Connectez-vous local” qui se déroule cette semaine. Des visites étaient au menu.

Des visites au menu  

Une délégation conduite par Marie-Hélène Roquette, conseillère départementale qui fait partie de l’association nationale des  plates-formes Agrilocal, a ainsi visité l’école communale de Saint-Mamet-la-Salvetat ou encore le centre de vacances La Châtaigneraie de Maurs (voir ci-dessous). Parmi les fournisseurs, le Gaec Cantournet-Bertrand de Prunet témoigne de son intérêt pour le dispositif : “Deux fois par mois, nous livrons 10 kg de fromage de blanc. La commande arrive une semaine avant par mail et même par sms, sur nos téléphones”, révèle Edwige Cantournet. À seulement 1,5 km de l’école, le Gaec Gauzins de Saint-Mamet  illustre parfaitement la notion de circuits courts : “Nous livrons autour de 60 litres de lait cru par mois. Comme il s’agit d’un produit hyper-frais, nous ne pouvons pas répondre aux demandes qui émanent du Nord-Cantal par exemple. Mais Agrilocal nous a donné l’idée d’un projet : du lait entier ou demi-écrémé pasteurisé et même de la tome fraîche.”
La boucherie Grimal non plus n’est pas bien loin de son principal client sur la plate-forme locale. “Nous proposons du porc, du veau et du bœuf que l’on achète sur pied, en Châtaigneraie, ainsi qu’un peu de charcuterie. L’école à proximité nous prend autour de 50 kg de produits par mois. Nous livrons aussi plus ponctuellement sur Aurillac”, se félicite le boucher. Sur le carnet de commande de Saint-Mamet, la farine aussi est produite localement et elle est issue de l’agriculture biologique, grâce aux Coopains bio. “Un partenariat gagnant/gagnant”, résume Marie-Hélène Roquette, en apportant son expertise en tant
qu’ancienne exploitante agricole qui transformait à la ferme.
Si la mécanique Agrilocal est bien huilée, il reste encore de la place pour des producteurs qui souhaiteraient s’inscrire dans la démarche. “Il reste aussi à imaginer des échanges avec d’autres régions, notamment celles qui font beaucoup de maraîchage et qui pourraient être intéressées par nos produits issus de l’élevage.” 

Renaud Saint-André


A retrouver dans les pages de notre édition papier datée : samedi 2 juin 2018

Article publié le 04/06/2018 à 08:45
Auteur : Administrator User

Réagissez à cet article
  • Retour
Sélectionnez votre journal

Météo

Besoin d’un renseignement ?
Contactez-nous : Presse Agricole du Massif Central