La Haute-Loire Paysanne|L’Allier Agricole|L’Union du Cantal|L’Auvergne Agricole|Le réveil Lozère|L’union Paysanne

Presse Agricole du Massif Central

L’actualité de votre Hebdo

« Je ne suis pas un militant écologiste mais un apiculteur »

20 octobre 2016 à 08:19

Dans une semaine, le congrès national de l’apiculture se tiendra à Clermont-Ferrand. Rencontre avec Gabriel Pagès, président du syndicat des apiculteurs puydômois.

L’Union Nationale des Apiculteurs Français (UNAF) organise pour la première fois son congrès à Clermont-Ferrand. Durant près de quatre jours, du 27 au 30 octobre, le monde de l’apiculture se rencontrera à Polydôme où plus de 5 000 visiteurs sont attendus.
Un coup de projecteur pour la profession apicole qui traîne encore cette image de «passe-temps à papy ». Pourtant, ils sont plusieurs milliers dans toute la France à vivre du travail des abeilles. Gabriel Pagès est apiculteur et président du syndicat des apiculteurs du Puy-de-Dôme. Durant ce congrès, il espère s’informer et échanger sur les pratiques de son métier, mais surtout appeler à l’apaisement avec les agriculteurs sur les questions polémiques des pesticides.

La tenue du congrès de l’UNAF en terre auvergnate est une grande première. L’Auvergne est-elle reconnue comme une région apicole ?
Gabriel Pagès : Nous avons la chance en Auvergne d’avoir de nombreuses AOP et des parcs naturels. Les producteurs en tout genre (fromages, céréales, lait, viande…) cherchent avant tout à produire de la qualité pour balayer quelque peu les handicaps de la moyenne montagne. Ils cultivent la biodiversité et l’utilisation
des pesticides est modérée, raisonnée. Pour preuve, nous n’avons pas de gros cas d’intoxications des abeilles dans la région. Bien sûr, il y a des zones plus à risques que d’autres, mais dans l’ensemble, les apiculteurs sont tout de même chanceux. En Auvergne, nous pouvons faire de tout : du miel d’acacia, de sapin, de bruyère, de colza…

Dans les médias en général, lorsque apiculture et agriculture sont associés, il s’agit toujours d’un conflit. Vous, en revanche, vous semblez vous opposer à ce raccourci?

G. P : Il a été scientifiquement prouvé qu’il ne peut y avoir d’agriculture sans pollinisation. La proximité de ruches est une plus-value non négligeable pour le colza, par exemple. Les abeilles, par leur activité, vont uniformiser la fécondation de la culture. La pollinisation est un service gratuit et indispensable. Beaucoup d’agriculteurs l’ont compris et ils sont de plus en plus nombreux à en avoir conscience. Aujourd’hui, les JA s’assoient à notre table. Nous ne sommes plus dans l’opposition mais la construction. Je ne suis pas un militant écologiste mais un apiculteur ! Je suis capable d’entendre qu’il faut du temps pour changer les pratiques et que les agriculteurs ont des contraintes. Mais je leur demande à eux aussi de comprendre que les apiculteurs sont aussi des agriculteurs. Comme eux, nous voulons vivre de notre travail. Nous pouvons perdre entre 30 et 50% de notre cheptel chaque année (pesticides, météo, acariens, frelons asiatiques). Nous voulons comprendre pourquoi et agir pour contrer cela. De plus, les abeilles sont les sentinelles de l’environnement. Lorsqu’elles meurent en masse, c’est l’ensemble du milieu qui est touché. Ce dialogue aurait dû être entamé il y a des années. Malheureusement, le ministère de l’Agriculture n’a pas joué et ne joue toujours pas son rôle de
médiateur.

Faut-il entendre que l’apiculture n’est pas suffisamment considérée comme une production à part entière, y compris par les services de l’État?
G. P : Nous avons sollicité le ministère de l’Agriculture pour le congrès. Ils n’ont pas dénié répondre ! Nous attendons plusieurs milliers de visiteurs et des dizaines de spécialistes internationaux (USA, Italie, Roumanie, Algérie…). S’ils ne répondent pas à un événement d’une telle envergure, c’est bien la preuve qu’ils ne nous considèrent pas comme des professionnels.

PROPOS RECUEILLIS PAR M.COMTE


A retrouver dans les pages de notre édition papier datée : jeudi 20 octobre 2016

Article publié le 20/10/2016 à 08:19
Auteur : Administrator User

Réagissez à cet article
  • Retour
Sélectionnez votre journal

Météo

Besoin d’un renseignement ?
Contactez-nous : Presse Agricole du Massif Central