La Haute-Loire Paysanne|L’Allier Agricole|L’Union du Cantal|L’Auvergne Agricole|Le réveil Lozère|L’union Paysanne

Presse Agricole du Massif Central

L’actualité de votre Hebdo

Pas de miracle pour la moisson

04 novembre 2015 à 15:17

Les maïs ont énormément souffert de la canicule de juillet qui a très largement impacté la fécondation. Si les parcelles irriguées s'en sortent, les non-irriguées affichent des petits rendements.

Cette année, les récoltes de maïs se sont considérablement étalées. « Les premières moissons ont débuté autour du 15 septembre et devraient se terminer d'ici une dizaine de jours une fois les parcelles du Val d'Allier et de Loire achevées », résume Mickael Bimbard, conseiller agronomie à la Chambre d'agriculture.

Coupes précoces
La sécheresse de juillet a causé des dégâts importants dans les parcelles non irriguées qui ont beaucoup souffert de la canicule pile au moment de la fécondation. Pour mettre fin à la souffrance, les coupes ont commencé tôt en Sologne et Bocage pour un maigre résultat : « Dans ces zones, on va se situer entre 20 et 40 quintaux/hectare (q/ha) ». Les bonnes terres de Limagne et de Forterre atteignent péniblement les 80 q/ha contre 90-100 q/ha en année dite « normale ». Des résultats peu glorieux, même si les exploitants n'en attendaient guère plus compte tenu de la situation météo.
Une irrigation hétérogène
Les rendements sont logiquement meilleurs en irrigué puisqu'ils oscillent entre 90 et 120 q/ha en petites région Sologne et Bocage pour atteindre 120 q/ha en Limagne et Forterre. (suite en cliquant sur ce lien...)

Dans la même rubrique

A retrouver dans les pages de notre édition papier datée : mercredi 4 novembre 2015

Article publié le 04/11/2015 à 15:17
Auteur : Administrator User

Réagissez à cet article
  • Retour
Sélectionnez votre journal

Météo

Besoin d’un renseignement ?
Contactez-nous : Presse Agricole du Massif Central