La Haute-Loire Paysanne|L’Allier Agricole|L’Union du Cantal|L’Auvergne Agricole|Le réveil Lozère|L’union Paysanne

Presse Agricole du Massif Central

L’actualité de votre Hebdo

" Dans un monde incertain, complexe et agile, le changement c’est la vie ! "

16 décembre 2015 à 09:41
Stéphane Devillers, responsable du service juridique chez Allice, présentait les modalités du Règlement zootechnique européen.

Ce sont les éleveurs eux-mêmes qui ont bâti l'édifice performant de la génétique des ruminants, c'est aujourd'hui à eux de s'approprier les mutations qu'entraînera, dès 2016, le projet de règlement zootechnique européen concernant la mise en marché des reproducteurs et de leur matériel de reproduction (semence, ovules et embryons).

Pour mettre les éleveurs présents à l'assemblée générale d'Elva Novia face à leurs responsabilités, Stéphane Devillers, responsable du service juridique chez Allice(*) n'y va pas avec le dos de la cuillère. S'il vante à tout va « la richesse incroyable de la France en matière de génétique bovine », il invite les éleveurs à prendre le train en marche pour se payer, eux aussi, une part du gâteau des marchés mondiaux du lait et de la viande en croissance constante : « Vous  n'évoluez pas dans un secteur où la part se réduit, au contraire puisqu'il faudra bientôt nourrir neuf milliards d'individus. Cependant, vous ne devez pas considérer l'excellence génétique comme un confort », assène le juriste volontairement provocateur.
Aspects zootechniques
La cartographie des organismes du dispositif génétique française est aujourd'hui en passe d'être remise en cause par le Règlement zootechnique européen, texte proposé par la Commission européenne en février 2014 qui devrait être adopté d'ici la fin de l'année prochaine. Ce texte qui vise à se substituer à l'ensemble des directives existantes à ce jour dans le domaine de la génétique, se limite strictement aux aspects zootechniques. Il concerne essentiellement la gestion des livres généalogiques, la mise en oeuvre des programmes de sélection, le contrôle des performances, l'évaluation génétique et la publication des valeurs génétiques. Il couvre les espèces ovine, bovine, caprine, porcine et équine ( ... la suite en cliquant ici)

Dans la même rubrique

A retrouver dans les pages de notre édition papier datée : mercredi 16 décembre 2015

Article publié le 16/12/2015 à 09:41
Auteur : Administrator User

Réagissez à cet article
  • Retour
Sélectionnez votre journal

Météo

Besoin d’un renseignement ?
Contactez-nous : Presse Agricole du Massif Central