La Haute-Loire Paysanne|L’Allier Agricole|L’Union du Cantal|L’Auvergne Agricole|Le réveil Lozère|L’union Paysanne

Presse Agricole du Massif Central

L’actualité de votre Hebdo

Filière bovine : un plan régional et des ambitions

11 mai 2018 à 12:39
De gauche à droite : François Garrivier, président du comité filière bovine Aura, Patrick Escure, vice-président de la Chambre régionale d’agriculture et président du Corel, Laurent Wauquiez, président de la Région Aura et Philippe Dumas, président d’Interbev Aura. AA03

Au pas de charge, Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, a signé, vendredi 4 mai, à Montluçon dans l’Allier, son plan destiné à la filière bovins viande. Au menu : des dossiers de demandes d’aides allégés, une volonté de rapatrier l’engraissement dans la région et le souhait de redonner du prix à la production.

Au moment de signer son plan pour la filière bovins viande en Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez lève son stylo et interpelle : « Je veux qu’il y ait des agriculteurs sur la photo, venez derrière nous ». Les exploitants agricoles invités, vendredi 4 mai dernier, aux Etablissements Puigrenier s’exécutent. Annoncés lors du Salon international de l’agriculture en février, les quinze plans de filière agricole de la Région Auvergne Rhône-Alpes sont progressivement paraphés en département. Avec 200 000 naissances annuelles, l’Allier était le candidat naturel pour la filière bovins viande. D’abord prévue dans une exploitation agricole, la signature a finalement eu lieu au sein des Etablissements Puigrenier. L’abattoir historique de Montluçon développe, depuis un an, des viandes affinées (voir hors texte ci-après) dans la perspective de proposer un produit haut de gamme. Une innovation d’ailleurs soutenue par la Région à hauteur de 800 000 euros.

4,5 Millions d’euros par an

Le plan de filière, signé officiellement vendredi, est en fait un prolongement étoffé de ce qui existait déjà côté Rhône-Alpes (Crof). Imaginé en concertation avec la profession, il n’est pas né sans heurt si on en croit les paroles de François Garrivier, éleveur dans la Loire et président du Comité filières bovines d’Aura : « Tous les éleveurs savent qu’un vêlage long et difficile aboutit parfois aux meilleurs veaux ». Une image qui a le mérite d’être claire. Ce plan prévoit une enveloppe d’1 M€/an en fonctionnement (3,1 M€ 2018-2020) ainsi qu’un investissement de 3,5 M€/an dans les bâtiments d’élevage. Les principaux axes seront : appui à la structuration de l’offre « viande bovine » à destination du marché régional ; conseil technico-économique aux ateliers bovins allaitants ; relance des bases de sélection des races allaitantes ; actions collectives pour la commercialisation de la viande régionale sur les marchés régionaux (restauration hors domicile) ; développement de l’exportation d’animaux vivants par la différenciation sanitaire ; amélioration de la qualité, de la valorisation et de la structuration de la production de cuirs de veau ; promotion des activités d’élevage, des produits et des métiers…

« Devenir la grande région de la meilleure viande du monde »

Après avoir rappelé que le budget agricole est passé de 36 M€ à 62 M€, Laurent Wauquiez est rentré dans les détails de son projet dans un style bien à lui. « Nous avons une seule ligne directrice. Celle de la qualité pour devenir la grande région de la meilleure viande du monde ». Et affirme sa volonté de « rapatrier le maximum de prix pour la production et les agriculteurs ». Oui, mais comment ? Le président de la Région, après avoir pris soin de fustiger les lourdeurs administratives françaises et européennes, jure que « les dossiers de demandes d’aides envoyés à la Région seront les plus simples que vous n’ayez jamais vu. Cinq pages maximum ». Se targuant du même coup de s’être « assis volontairement sur les normes européennes que nous avons contournées ». L’élu assume aussi son envie « de rapatrier le plus d’engraissement dans la région pour éviter que toute la valeur ajoutée n’aille aux Italiens ». Enfin, puisqu’il considère que le métier d’agriculteur est fait « de choix techniques, nous voulons aider sur les choix génétiques et les orientations stratégiques ».

L’agriculture, « pas le monde d’hier »

Pour clore son intervention, Laurent Wauquiez, version président des Républicains, refuse catégoriquement les accords de libre-échange avec le Mercosur et qualifie de « massacre » les annonces de baisse de budget de la prochaine Pac. « L’agriculture ce n’est pas n’importe quoi, ce n’est pas le monde d’hier mais un secteur qui nous renvoie à notre avenir ».

Après un bref temps d’échanges avec les syndicats, il s’arrête une minute devant le buffet pour picorer un bout de viande maturée, glisse un « c’est une tuerie votre truc les gars » et repart. Du pur Wauquiez, à point.

Marie Renaud

Une filière qui pèse dans l’économie régionale

En Auvergne-Rhône-Alpes, la filière bovin viande occupe une position incontournable sur les plans socio-économiques et territoriaux. On y recense 6 500 exploitations spécialisées viande qui regroupent près de 653 000 vaches allaitantes (soit 16% des effectifs nationaux), ce qui la place 2eme rang derrière la région Nouvelle-Aquitaine. Ses exploitations participent à l’approvisionnement des 41 abattoirs présents sur tout le territoire, qui traitent près de 300 000 Tonnes de carcasses de gros bovins. Le cœur de filière représente plus de 10 500 emplois directs et ce, sans compter les emplois indirects. L’élevage bovin allaitant met en valeur environ 3 millions d’ha sur la région, dont plus de 52% sont des Surfaces Toujours Herbe (STH). Il joue de fait un rôle stratégique dans la mise en valeur de nos territoires.


A retrouver dans les pages de notre édition papier datée : vendredi 11 mai 2018

Article publié le 11/05/2018 à 12:39
Auteur : Administrator User

Réagissez à cet article
  • Retour
Sélectionnez votre journal

Météo

Besoin d’un renseignement ?
Contactez-nous : Presse Agricole du Massif Central